MTO Blagnac (VFR) : visi 10km, tempé 10/, QNH1015 (LFMP Q1017, LFBZ Q1014)

Sports aériens

évolution sportive en avion

Dans l'agenda ACJM

22/12/2018 Week-end d'ouverture de L'Envol des Pionniers (->24/12) Aérodrome de Toulouse Montaudran (LFIO)

02/02/2019 Séminaire du pilote privé
08:45-17:00 Ecole Nationale de l'Aviation Civile, 7 Avenue Edouard Belin, 31400 Toulouse, France
Inscriptions avant 28 janvier, 18€ par personne. Programme: - Conduite d'un amerrissage forcé - Maîtriser l'approche finale : plancher de stabilisation et hauteur de décision pour la remise de gaz - Prévention des intrusions en espace aérien contrôlé - Prévention des rapprochements dangereux dans la circulation d'aérodrome - Le monoxyde de carbone encabine : un gaz en trop ! - Le REX-FFA


Publié par cchaix le 5 avr. 2018 à 01:59


Les sports de l'aviation générale

Dès qu'on parle de sports aériens en aviation générale, le premier qui vient à l'esprit est la voltige : une pratique qui diffère radicalement des vols effectués en aéroclub.

Les pilotes spécialisés dans ce domaine ont une expression curieuse à propos des activités qui leur sont extérieures : le «vol à plat».

Les sports en avion traditionnel

Mais ce n'est donc pas le seul sport qu'il est donné de pratiquer en aviation générale.
Deux disciplines, et bientôt une troisième, viennent compléter le tableau :

  • Rallye aérien
  • Pilotage de précision
  • Course de navigation (apparue en 2017)

Ces disciplines sont pratiquées à haut niveau au sein de la Fédération Française Aéronautique, au point que des titres internationaux sont régulièrement remportés par des pilotes tricolores.

Mais en quoi consistent ces sports ? Ils sont dérivés de l'activité d'observation militaire, avant l'ère de la photo à haute altitude ou même par satellite. Cette identification de repères au sol nécessite un suivi de trajectoire précis, et c'est justement ce que ces activités sportives cherchent à reproduire.

Rallye aérien

Cette discipline est la plus proche de celle pratiquée en interne de nombreux aéroclubs.

La participation nécessite un équipage de deux : pilote et navigateur.  Une vitesse de vol ayant été choisie par chaque équipage, un ordre de passage est déterminé.
Chaque équipage reçoit une enveloppe contenant une carte vierge et des instructions de tracé, ainsi que des photos à retrouver le long du vol ; suivant le niveau de difficulté choisi, ces photos seront plus ou moins faciles à trouver, ou certaines sont tout bonnement fausses. Une seconde enveloppe pourra être préparée, à n'ouvrir qu'une fois en vol.

À l'heure de passage, l'équipage reçoit l'enveloppe et dispose d'un temps fixe pour tracer le début du vol, puis devra avoir décollé. À l'issue de ce temps, le duo se dirige vers son appareil, et le navigateur termine de préparer l'itinéraire à l'intérieur de l'avion, tout en guidant son pilote le long du tracé. Les photos à identifier sont placées du côté du navigateur (à droite) ou du pilote (à gauche).

Pilotage de précision

Cette discipline se pratique seul ou en équipage de 2.

En pilotage de précision, le tracé d'un itinéraire devient presque secondaire. Le pilote choisit une vitesse à laquelle le vol sera effectué, ce qui détermine sa place dans un ordre de passage élaboré par l'organisateur : chaque appareil suit le même chemin, suivant un départ cadencé.
Suivant le parcours qui devra être suivi, il en résulte une consigne de temps à suivre.

Dès le décollage, des horaires de passage sont calculés pour chaque point de l'itinéraire, et ce jusqu'au point d'arrivée.

Chaque point tournant est clairement identifié sur une planche de photos remise au départ, et une autre série de photos devra être retrouvée en chemin, et chacune positionnée sur la carte.
Pour les retrouver, et être en mesure de les situer précisément, il faudra donc connaître sa position à tout moment, avec la seule aide d'une carte routière (habituellement à l'échelle 1/200 000e) et d'un chronomètre.
En cas de participation en solo, les photos à identifier ne sont placées que du côté gauche.

Selon les épreuves, il peut aussi être demandé de retrouver des symboles placés au sol, et de les situer, eux aussi, sur la carte. Ces symboles existent en nombre limité :

La précision du suivi des trajectoires et temps imposés, et du placement des repères sur la carte, déterminent des résultats de navigation et d'observation.
Pour évaluer le chemin suivi et les heures de passage, chaque équipage emporte une balise GPS, dont l'analyse est réalisée après le vol.

Séparément du vol de navigation, et uniquement lors des compétitions nationales et internationales, une épreuve d'atterrissages de précision a lieu ; elle évalue leur qualité dans différentes conditions (avec ou sans volets, avec ou sans puissance moteur) et participe au score final.

Course de navigation

Cette nouvelle discipline, élaborée en Suisse et dont le premier championnat a eu lieu en 2017 en Espagne, consiste en une course de précision.
Les concurrents sont réunis par groupe de vitesse similaire, pour réaliser simultanément un parcours de forme identique mais dans des couloirs séparés.

Le niveau de difficulté choisi par chacun détermine la largeur du couloir qu'il faudra suivre ; là encore, des balises GPS permettent le suivi...mais cette fois-ci, et c'est une autre nouveauté, ces balises transmettent la position des appareils en temps réel.
L'épreuve peut donc être suivie par le public depuis l'aérodrome.

Cette discipline est encore en développement en ce début 2018, et sera probablement amenée à se répandre.

Comment pratiquer ?

Compétences de base

Tout pilote a reçu la formation nécessaire pour naviguer et être capable de suivre un itinéraire déterminé à l'avance. Trois méthodes sont enseignées :

  • à l'estime («le cap et la montre»), une méthode très précise, de fait la méthode la plus utile dans ces sports aériens
  • le cheminement ; suivant le tracé retenu, cette méthode permettra parfois de confirmer la trajectoire (suivi d'une route, rivière, voie ferrée sur une partie du tracé)
  • l'erreur systématique ; appliquée au rallye aérien, elle permet souvent de poser des garde-fous («le point tournant est avant cette route/ville/autre repère»)

Les compétences de base sont déjà là, il s'agit surtout de les travailler spécifiquement.
n'importe quel avion permet la pratique de ces sports aériens !

S'entraîner

Chaque vol est l'occasion de s'entraîner à la navigation à l'estime : compas, montre, carte et log de navigation sont les principaux outils nécessaires pour s'entraîner tout au long de l'année !

Où pratiquer ?

En aéroclub

Chaque année, de nombreux aéroclubs organisent leur propre rallye aérien, souvent en interne, et parfois ouvert aux participants extérieurs. C'est souvent la première rencontre des pilotes avec ces disciplines.

Ces rallyes internes peuvent également revêtir une couleur «compétition» optionnelle, en vue de familiarisation : c'est le cas à l'ACJM depuis 2016, où le rallye traditionnel côtoie l'épreuve plus proche du circuit extérieur.

En région

Au niveau de chaque Comité Régional Aéronautique (CRA), des épreuves peuvent être organisées à l'attention des pilotes de la région, voire de France entière.

La compétition régionale est le lieu d'une initiation, la discipline choisie étant généralement le Rallye de précision. Celle-ci n'est pratiquée qu'à cet échelon, comme synthèse du rallye aérien et du pilotage de précision.
Une formation aux bases de ces disciplines est dispensée lors des épreuves régionales, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre.

Les épreuves interrégionales, elles, sont la première étape qualificative de la compétition. Quand elles combinent rallye et pilotage de précision, ces épreuves ont lieu sur 3 jours (1.5 jour pour chaque discipline), et voient se côtoyer les catégories suivantes :

  • Découverte (non classés, par choix)
  • Honneur (niveau régional, accessible à tous)
  • Elite (niveau national, accessible après avoir remporté une épreuve interrégionale en niveau Honneur)

Chaque niveau participe à un niveau de difficulté distinct, et est classé séparément (sauf Découverte, sans classement). Mais tous se côtoient et partagent volontiers leur expérience !

Après les interrégionaux, viennent les nationaux et internationaux, dont l'échelon précédent est qualificatif.

Quand pratiquer ?

Le calendrier sportif de la FFA rassemble les épreuves planifiées pour la saison ; celle-ci court habituellement des mois d'avril jusqu'à octobre.

Calendrier sportif FFA

Résumé

Les sports aériens sont l'occasion pour chaque pilote de découvrir une nouvelle manière de voler, mais somme toute pas si différente.

Qui dit voler plus et naviguer plus, dit plus d'expérience, et plus de sécurité.

Des aides régionales et nationales existent pour faciliter ces activités ; raison de plus pour s'y lancer !

3 Ecrit par:
Christian